Histoire de la police judiciaire de Marseille Histoire de la police judiciaire de Marseille
Histoire de la police judiciaire de Marseille
Histoire de la police judiciaire de Marseille

Histoire de la police judiciaire de Marseille

À propos

S'il y a une ville où l'histoire judiciaire a été et est particulièrement riche, c'est bien Marseille. Il suffit de citer des noms, des affaires sans aucun sous-titre, sans aucun commentaire superflu pour faire travailler notre mémoire, ressusciter l'imaginaire collectif. Qu'on en juge : le vol des bijoux de la Bégum ; l'affaire Dominici ; la french connection ; Mémé Guérini ; l'affaire Ranucci ; Francis le Belge ; Jacky Imbert dit le Mat ; Roberto Succo ; l'assassinat de Yann Piat ; la mort du juge Michel ; la tuerie du bar du téléphone...

Sait-on encore que c'est ici qu'un certain Marcantoni - l'affaire Markovitch - prit goût aux braquages après avoir tâté du fusil mitrailleur dans les rangs de la Résistance ? Se souvient-on que c'est ici qu'Alexandre I er fut assassiné ? Sait-on que c'est ici qu'a été exécuté le dernier condamné à mort de France ? Sait-on que c'est ici que l'inspecteur C ANONGE de la PJ de Marseille a inventé le fichier qui porte aujourd'hui son nom et permet des recherches sur les malfaiteurs en croisant des infos sur le physique, le mode opératoire etc. ? Ce fichier est désormais informatisé et utilisé dans tous les commissariats de France avec beaucoup de succès à la clef.
Marseille la scandaleuse. Marseille la violente, Marseille l'insoumise, c'est toute cette histoire mouvementée et passionnante que raconte ce livre.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'histoire

  • EAN

    9782372541053

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    402 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    3.6 cm

  • Poids

    522 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Alain Tourre

Alain Tourre, inspecteur général de la police nationale, , a été pendant plusieurs années
le patron de la PJ marseillaise avant de diriger l'Ocrtis, l'Office des stups à Nanterre puis,
la cellule communication du ministère de l'Intérieur.

empty